Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRILLON en BALADE, par Jean-François - Page 2

  • 12 août 1914

    Premières délibérations municipales suite à la déclaration de guerre

    N°24 : Convocation

    Séance du 12 août 1914

    Le conseil municipal de la commune de Brillon est convoqué d'urgence pour le douze avril mil neuf cent quatorze à l'effet de délibérer sur les mesures à prendre pour assurer la rentrée des récoltes et l'alimentation de la population pendant la durée de la guerre

    A Brillon le 12 août 1914

    Le maire, C Heuillon

    N°25 : Mesures à prendre pour assurer la rentrée des récoltes et l'alimentation de la population pendant la durée de la guerre.

    L'an mil neuf cent quatorze, le douze août, le conseil municipal de la commune de Brillon s'est réuni au lieu ordinaire des séances sous la présidence de M Heuillon C maire.

    Etaient présents : MM Thémelin, Martin, Chodorge A, Drouot, Chodorge G, Thirion, Chodorge P, Heuillon adjt, Heuillon maire

    Etaient absents : Davenne (à l'armée)

    Le président donne lecture de la lettre de M le préfet en date du 8 août 1914 relative à la rentrée des récoltes et l'alimentation de la population pendant la durée de la guerre.

    Le conseil, après délibération, décide :

    Les propriétaires de la commune de Brillon ont à peu près un personnel suffisant pour assurer la récolte des moissons, et il n'apparait pas nécessaire de faire une réglementation, les hommes présents aidant volontairement les récoltants; ainsi la récolte des blés sera complètement terminée pour le 15 août.

    Après avis de la commission des réquisitions, la liste suivante des animaux d'élite et dont il y a lieu d'assurer la conservation pour la reconstitution ultérieure des troupeaux a été dressées :

    Pelletier Gaston, noire et blanche, Thémelin-Heuillon, rouge blanche en tête, rouge mouchetée, etc..

    (55 propriétaires pour  71 animaux)

    Fait et délibéré en séance le jour, mois et an dits

    Suivent 8 signatures

    Sans titre - 5.jpg

    N°26 : vote de crédits, achat de produits alimentaires

    Même séance.

    Le conseil municipal, estimant qu'il est de toute nécessité de constituer un stock de farine, de sel et autres denrées devant servir aux besoins des habitants pendant la durée de la guerre

    Vote un crédit de 1125 francs pour achat de 25 quintaux de farine

    Vote un crédit de 150 francs pour achat de 6 quintaux de sel

    Vote un crédit de 600 francs pour achat de 6 quintaux de sucre

    Décide que ces approvisionnements seront livrés au prix coûtant aux habitants au fur et à mesure des besoins.

    Fait et délibéré en séance le jour, mois et an dits

    Suivent 8 signatures  

    Sans titre - 6.jpg

  • 1914 - 2014, 100 ans

    Brillon en 1914.

    La commune en 1914 compte 565 habitants et 174 électeurs. 200 maisons pour 181 ménages suivant le recensement de 1911.

    L'instituteur est Eugène Contant (depuis 1912) et l'institutrice est Marie Hornust (depuis 1906) assistée de Melle Faratte. Le curé est Emile Lejeune (depuis 1884), les gardes forestiers sont Bougeat et Jacquot, la sage femme est Ladie Gourel.

    21 sapeurs pompiers sont sous les ordres du lieutenant Paul Chodorge

    1900PelletierTurbettes.jpg

    Les professions rencontrées sont : aubergiste, boucher, boulanger(3),  bourrelier(2), bucheron, cantonnier, carrier(13), charpentier(3), charron(2), coquetier(5), cordonnier(2), couturière(5), cultivateur(80), débitante, distillateur, domestique(3), domestique agricole(2), épicière(6), ferblantier(2), forgeron(3), garçon boulanger, garde champêtre, garde forestier(2), gardienne de petit enfants, infirmière, instituteur(3), jardinier, journalier(9), lingère, maçon(7), maitre carrier, manœuvre(5), marchand de faïence(2), marchand de petit porcs, maréchal ferrant(4), menuisier, modiste, papetier, peintre(2), rentier(4), repasseuse, retraité(3), sage femme, scieur de long(3), tourneur, tourneur en bois, vannier ambulant(2) et voyageur de commerce . source: recensement de 1911.

    1910Charron.jpg

    Suite aux élections des 5 et 12 mai 1912, suivie de l'élection du maire et de l'adjoint le 19 mai 1912, la municipalité est ainsi composée : maire, Jules Camille Heuillon, adjoint, Arthur Heuillon, conseillers, Achille Thémelin, Paul Arthur Martin, Alcide Chodorge, Alix Drouot, Gaston Émile Chodorge, Arthur Thirion, Paul Adolphe Chodorge, Jules Henri Davenne. Tous sont cultivateurs à l'exception d'Achille Thémelin maréchal ferrant et Arthur Thirion maitre maçon.

    Ainsi est la vie du village en ce début d'août 1914.

  • Presbytère .... fin

    On ne connais pas la date exacte de l'établissement d'un presbytère à Brillon, on sait seulement que la cure fût érigée vers 1660. Les quelques renseignements écrits nous sont fournis par quatre plans. Un plan du 27 sept. 1836, dans lequel une adjudication est faite pour l'extraction de mine de fer dans le jardin.

     

    2013_01_06-1.jpg

     

    Deux autres datés du 20 mars 1838 & 30 mars 1838 concernent d'importants travaux, dont la rectification de la remise permettant l'élargissement de la rue du Montiers (actuelle rue Monsieur). Le quatrième daté du 4 mars 1865 modifie l'agencement de quelques pièces.

     

    1904CP11.jpg

     

    Une plaque de plomb (200*120mm) rappelais que la première pierre a été posée par monsieur François Chatourelle curé de Brillon et monsieur Cordier maire - Morel entrepreneur le 4 août 1838.

     

    Photo 2008-06-05 071.jpg

     

    Suite aux événements de juin 1940 dans le bois du chêne, et à Montplonne, des soldats allemands lancent des grenades incendiaire dans les maisons, ce qui provoque la destruction par le feu du presbytère. Jusqu'a sa reconstruction en 1952 il est provisoirement installé dans l'ancienne maison de M Ulysse Chodorge.

     

    1960CP40.jpg

     

    Cette bâtisse moderne accueillera successivement cinq prêtres avec logement et salle de catéchisme. Durant les travaux du complexe mairie-école, elle servira de mairie et abritera une classe. Ensuite le logement sera rénové et loué à un particulier, la salle de catéchisme servira de salle de réunion pour les associations. Janvier 2013 le bâtiment est démoli et fera place à une maison de la petite enfance de la Codécom.

    Visionnez l'album de la démolition.

  • Liste des soeurs & institutrices de 1760 à 1976

    1760 - sœur Marguerite MICHEL.

    1766 - sœur J MERIONVILLE.

    1848-67 - sœur ANTOINE et sœur THEOPHANIE.

     

    1895écoleMixte.jpg

     

    1868-75 - sœur CAROLINE.

    1876-83 - sœur LEONIE.

    1884-89 - sœur PIERRARD, sœur THERESE, aide à l'école maternelle.

    28/4/1889 - installation de Mme LAHAYE, sœur St JEAN, institutrice.

    1890 - sœur MONIN.

    1905-30 - Marie HORNUST, directrice des filles,

                    adjointe Mlle FARATTE, Mlle OZARD.

     

    1912écoleFilles.jpg

     

    1916-19 - Maria GOEURIOT.

    1936-43 - Mme GRESYL.

    1945-65 - Mme GUILLEMIN.

    1949-50 - Mlle SUCCORD.

    1950-54 - Mme CHRISTOPHE.

    1954-55 - Mlle MOUROT.

    1955-65 - Mme LEFEBVRE et Mme JACQUES.

     

    1965écoleMeLefebvre.jpg

     

    1966 - Mme NICOLAS

    1967-79 Marie France BROGGI.

    1971 - Catherine CLAUDE, remplaçante

    1971-72 - Nicole GILLE, remplaçante

    1972-73 - Roseline PIQUET, remplaçante

    1973 - Edith DEDIN, remplaçante

    1975-76 - Bernadette MUSSET

  • Liste des Instituteurs de 1690 à 1976

    1690-1705 - François HERMENT.

    1710 - Claude BIDAUT, recteur d'école.

    1715 - Nicolas BIDAUX.

    1735-1753 - Laurent GOUREL, recteur d'école. les Habitants demandent sont départ en 1740, et pourtant il restera jusqu'à sa mort en 1766.

    1753 - Joseph VIGNON.

     

    1898écoleGarçon.jpg

    1759-60 - J GIRARD.

    1766 - Laurent GOUREL.

    1769-94 - Michel THEMELIN, né à Brillon en 1749, marié à Brillon le 30 janvier 1771 avec Anne CHODORGE.

    1821 - Claude DULPHY.

    1830 - Pierre Jean LECLERE, époux de Marie Justine DUPONT.

    1848-63 - Mr GUERNARD.

    1864-70 - Mr MACART.

    1871-84 - Michel Eugène LAHIRE.

    1871 - Désir Isidore LEPRETRE, instituteur adjoint.

    1885-92 - Marcel Joseph LAURENT.

    1892-1900 - Eric POINCIGNON.

    1900-1912 - Jean Hyacinthe ROBINET, directeur de l'école des garçons.

    1912-1914 - Marie Amand Eugène CONTANT, né le 13 juillet 1882 à Seigneulles d'Amand et Marie Herminie VIARDIN. Mort pour la France entre le 2 et le 6 juillet 1915 au bois de la Gruerie.

     

    eugèneCONTANT.jpg

    1919-1936 - Gabriel PERIGNON.

    1936 - Mr GRESYL, mort en déportation en 1943.

    1945-1964 - André GUILLEMIN.

    1964-1967 - Mr BRIET, Mr JACQUES.

    1966-1976 - Claude BROGGI.

    1967-1971 - Jean PURSON.

    1971-1975 - Francis MAIRE.

    1975-76 - Mr MUSSET.

  • Une carte du 21 mai 1916

    Cette carte est composée d’une carte postale de Bar-le-Duc représentant la rue Rousseau et la ville haute. Sur celle-ci est collée une photo représentant l’expéditeur de la carte et un autre soldat sur leur lieu de repos. L’expéditeur est Jules Henri Davenne né à Brillon le 31 janvier 1882 fils d’Anatole et Céleste Mattrat. La carte est datée du 21 mai 1916, soit 3 mois jour pour jour du début de la grande offensive de Verdun. Elle est adressée à sa nièce Gabrielle Drouot de Brillon.

    Image1.jpg

    Voici le contenu de cette lettre : je t’adresse la vue de notre cagna. Je pense que ce soir si j’étais à Brillon, en ce moment je serais entrain de boire un coup au presbytère. En espérant que ces jours heureux reviendront reçois pour tous trois mes meilleures amitiés. Jules Davenne.

    Image2.jpg

    Jules Davenne fut maire de Brillon de 1925 à 1947. Il joua également pendant de longues années de l’harmonium à l’église.

  • Le tirage au sort - Lettre en patois

    Cette lettre écrite en patois vers 1882 par Eric Henrionnet, valet de chambre est adressée à Léonor Heuillon demeurant à Brillon. Elle a pour thème le tirage au sort du numéro pour les appelés au service militaire. En effet, depuis 1818, le recrutement se fait par engagement et tirage au sort et depuis 1872, le service dure 5 ans. Les appelés tirés au sort ont le droit de se faire remplacer par une personne tierce. Le remplaçant négocie avec l'appelé et sa famille une compensation financière en échange de son engagement.  Charles le fils de Léonor Heuillon et de Clémence Thémelin semble avoir tiré le bon numéro et ne fera qu’un an tout au plus. Le tirage se faisait semble t’il au chef lieu de canton, puisque la lettre parle d’Ancerville.

    lettre1.jpg

     

    J’avons été maou ase tous lo daou au matin quand le piéton né bayi vote lettre. Ca, ce n’ost rin de le dire comme je songins a vous tourtous d’a cause de vote Charles pou se numéro. J’a disin tou lo jous que ve douvrin aller vor inne sommanbule pou li a faiere avoie in bon. Mâ vla qu’il ot bin chut, ve douvo éte maou iase. Si j’avin saoulement été à Brillon pou na rajoyi avo vous. Comme j’arin remingie et comme j’arin rebu a la santé de se bon marchie. Padant qu’il atot a Yancerville la porre Clémence douvot avoie de rude demingisons dan le dou. Ca douvot lé faiere éssuti de le santi ature le bon et le manre. Ma astaoure bé fut gnie pu besoin de la rape. Vla le manre derie, on zot sure qui ne feré qu’in an tout au pu. J’a son aussi content que vous tourtous. Ca y paraît qu’on not guaire aussi bin souldat astaoure, y fayot miaou dans la garde nationale de Rumont, iaou que ç’atot tourtou chef. Si v’avin yac a dire, aou quelque coumission pou le jule Grevy, serot bin vlantée, je demorons à couté de lou mer. Je le voyon tous lo jou et lou genre aussi, ve voyero. Vla enne belle atlaie que je venneuie avot daou patois. Mâ ça fat toujou plasi doyi la lingue daou pays. Fayos bin mardi gras comme si de rin n’a fut et souhay domezen ma pa aou bin gardonne lé pou quand je virons ve vor. Rabrassez bin la Clémence pour min et pou la Lisadie et peuie vote Charles et quand ve voierot note Gaston ve l’abrassero aussi. Oh la la j’an a mo dan le dou.                  

                                          Eric.

    lettre2.jpg

    traduction : Vous avez bien été aise tous les deux au matin quand le facteur à donné votre lettre. Cela n’est rien de le dire comme je songeais à vous tous à cause de votre Charles pour son numéro. Je disais tous les jours que vous devriez aller voire une voyante pour lui faire avoir un bon numéro. Mais voila qu’il est bien tombé, vous devez être bien aise. Si seulement j’avais été à Brillon pour me réjouir avec vous. Comme j’aurais mangé et comme j’aurai bu à la santé de ce bon marché. Pendant qu’il était à Ancerville, la pauvre Clémence devait avoir de rudes démangeaisons dans le dos. Cela devait l’ennuyer de le sentir entre le bon et le mauvais. Mais à cette heure, il, n’y a plus besoin de la râpe. Voila le mauvais derrière, on est sur qu’il ne fera qu’un an au plus. J’en suis très content pour vous tous. Il parait qu’on est guère aussi bien soldat à cette heure, il serait mieux dans la garde nationale de Rumont, ou qu’ils sont tous chefs. Si vous avez quelque chose à dire, ou quelques commissions pour le Jules Grévy, se sera bien volontiers, nous demeurons à coté de la mer. Je le vois tout les jours et le gendre aussi, vous verrez bien. Voilà un bon moment que je viens avec du patois. Mais cela fait toujours plaisir d’entendre la langue du pays. Faites bien mardi-gras comme si de rien n’y était et donnez ma part ou gardez la pour quand je viendrais vous voir. Embrassez bien la Clémence pour moi

     

  • Brillon en Balade N°1

    Parution du premier fascicule de Brillon en Balade. Dans ce premier numéro une balade à travers les siècles vous est proposée. Le document est à imprimer en recto verso, puis à plier en deux pour obtenir un livret. A télécharger à la rubrique « Téléchargement ».

  • Balade Cadastrale en 1812 et 1829

    La première trace officielle du cadastre remonte à l’année 1812. C’est la première matrice cadastrale établie. On y trouve  par section la liste de toutes les parcelles classées par lieudits, avec la liste de leurs propriétaires avec leurs revenus. (nos impôts fonciers actuels)  Cette matrice a été établie le 14 aout 1812 et comporte deux forts volumes.

    Cadastre.jpg

     La lecture de ces volumes nous apporte ces quelques statistiques. Le territoire de Brillon est divisé en cinq sections, A, B, C, D et E. On dénombre 5995 parcelles réparties dans 159 lieudits. On compte 312 propriétaires en non bâti contre 158 en bâti. Il y a environ 169 maisons. La superficie du territoire est de 867 arpents, 70 perches et 56 mètres. Ce n’est qu’en 1831 lors de la rédaction d’une nouvelle matrice que seront utilisées les mesures agraires d’aujourd’hui, soit l’hectare, l’are et le centiare. Ce qui donne à peu prés 991 hectares, 84 ares et 98 centiares. Les revenus de la matrice de 1812 rapportent 14860 francs pour le non bâti et 2643 francs pour le bâti. Les numéros attribués aux parcelles correspondent à celui du plan cadastral de 1829. Les propriétés bâties sont classées en 6 classes contre 4 classes seulement en non bâti. Ces classes correspondent à des revenus différents. La classe 1 est la plus haute. Les propriétés non bâties sont réparties en terres labourables, vergers, jardins, vignes, prés, bois et friches. Les quatre plus gros propriétaires sont la commune avec 175 arpents, Collin Rémy et Pierrot JF avec 16 arpents et Drouot Herbillon   Jean-Baptiste avec 14 arpents.

    Hattauval.jpg

    La répartition des propriétés est étonnante, 102 propriétaires ont entre une et dix parcelles, alors que six propriétaires ont entre 131 et 170 parcelles chacun. Trois parcelles appartenant à des particuliers sont supérieures à 300 verges. Il s’agit d’une parcelle de 300 verges lieudit l’épinotte appartenant à Thirion Chodorge Antoine, aubergiste à Brillon. Les deux autres parcelles appartiennent à Drouot Herbillon Jean-Baptiste, 396 verges de terrain planté au pré Monsieur et 302 verges de pré au Pré Monsieur.  Dans le classement des propriétés bâties une maison est en classe 1, elle appartient à Louis Cordier. Huit sont en classe 2, le reste des 160 maisons est réparti entre les classes 3, 4, 5 et 6.

    LeVillage.jpg

    Avant l’établissement de la matrice cadastrale de 1812, les seuls documents relatant les propriétés sont bien entendu les adjudications passées devant notaire lors de vente ou de partage de biens, mais pour les familles bourgeoises , il y a les pieds terriers, rooles de gagnages et autres dénombrements établis pour servir de preuves lors des foys et hommages aux vassaux des comtes, puis ducs de Bar. Pour Brillon, nous avons quelques noms de propriétaires : Ancel et Guy de bar en 1159, Jacques d’Autréche en 1339, le Duc de Guise, seigneur d’Ancerville en 1532, Charles de Lorraine en 1618, la famille de Colliquet en 1701, les comtes de Beurges de Renesson en 1750, mais il y a également les ecclésiastiques :  l’abbaye de Jeandeures en 1693, la collégiale Saint-Maxe de Bar, les Prieurs de Rupt aux Nonains.