Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aimée Eugénie Delville-Cordier (1822-1899)

 Sa vie :
 
Elle est née le 10 avril 1822 à Paris 11éme de Marie Madeleine DELVILLE. (Reconstitution de l’état civil de Paris)
Adoptée en 1851 par François Simon CORDIER né à Brillon (Meuse) le 28 mai 1797, décédé à Alger le 14 juin 1874 chez son frère Achille Joseph CORDIER. Il fera une brillante carrière de médecin à Paris et sera connu pour son ouvrage « Les champignons de France » Orné de vignettes et de 60 chromolithographies dessinées d'après nature par A. Delville-Cordier.
L’adoption se fait devant M e Emile FOULD notaire à Paris le 29 décembre 1851. Intervenant en première partie Mlle DELVILLE, Aimée Eugénie domiciliée 53 rue de Seine à Paris, fille naturelle de l’intervenant en deuxième partie Mlle DELVILLE, Marie Madeleine domiciliée 47 rue Saint-André-des-Arts à Paris, pensionnaire de l’intervenant indirect M CORDIER François Simon, docteur en médecine domicilié place Saint-Germain l’Auxerrois à Paris.
Au décès de Marie Madeleine DELVILLE le 11 mars 1866, âgée de 66 ans, au 12 rue Notre-Dame des Champs, l’un des témoins est François Simon CORDIER, docteur en médecine, chevalier de la Légion d’honneur, âgé de 68 ans, demeurant au N°19 quai Saint-Michel.
Elle  décède le 2 février 1899 dans la même localité, au 19 quai St-Michel, près de la Seine, non loin de la cathédrale Notre-Dame,  apparemment un quartier d’artiste puisque qu’Henri MATISSE habitera à cette même adresse. Elle est alors âgée de 76 ans.
 
Son œuvre :
 
Sans date : toile, peinture à l’huile. Portrait du Général Baron de la Planche ; H. 120.5cm ; l. 90cm, musée Barrois. (*)
 
Portrait du Baron Henri de Vicq, portant pourpoint noir et blanc ruff. (*)
 
1843 : toile, peinture à l’huile. Portrait du Général Baron Henry ; H. 81cm ; l. 65cm ; E. 1.5cm, musée Barrois. (*)
 
1853 : portrait de Mme A. C. ; miniature.
 
1855 : portraits de Mme E. L. ; portrait de Mme C. ; miniatures. Portrait de jeune garçon, miniature signée et datée 1855 ; 8.5 x 7 cm. (*)
 
1856 : autoportrait de l’artiste huile sur toile signée au dos et datée avril 1856. (*)
 
1859 : portraits de Lambert Bey réexposé au Champ de Mars en 1867 ; portrait de Mme de G ; de Mme M. S. ; de Mlle M. D. ; de Mlle L. C. ; de M. A. C. ; de M. E. B. ;  miniatures.
 
Vers 1860 : portrait de femme assise en robe blanche tenant un éventail, importante miniature rectangulaire sur ivoire de 20.5cm x 14.5cm (*)
 
1861 : portraits de Mme M. F., de Mlle F. C. ; miniatures.
 
1863 : portraits du docteur C. ; de Mme X. ; copie d’après le Titien (appartient à Mme Paléologue). Miniatures.
 
1864 : portrait de Mme E. G. M. La belle jardinière, d’après Raphaël ; miniatures.
 
1865 : portrait de Mme C. B. la mise au tombeau, d’après le tableau de Titien, musée du Louvre ; miniatures.
Achevé en 1866 : toile, peinture à l’huile. Portrait du Général d’Hédouville ; H. 120.6cm ; l. 90cm, musée Barrois. (*)
 
Toile, peinture à l’huile. Portrait du Général René de Ligniville ; H. 120.5cm ; l. 90.5cm, musée Barrois. (*)
 
1866 : portrait de Mme M. Fragment de la Conception, d’après Murillo ; miniatures.
Avant 1867 : toile, peinture à l’huile de François Campanet, Général de Brigade ; H. 137.5cm ; l. 107cm, musée Barrois. (*)
 
1867 : Champs de Mars : portrait de Mlle A. C. D. ; miniatures.
Champs-Elysées : portrait de M l’abbé, copie d’après Joshua Reynolds ; miniatures.
 
Avant 1868 : toile, peinture à l’huile. Portrait du Général Péridon ; H. 120cm ; l. 91cm, musée Barrois. (*)
 
1868 : types italiens. Danaé d’après le tableau de Titien, du musée Borbonico à Naples ; miniatures.
Toile, peinture à l’huile. Nature morte au chou ; H. 64.3cm ; l. 85cm, musée Barrois. (*)
Toile, peinture à l’huile. Nature morte au fromage ; H. 66cm ; l. 81cm, musée Barrois. (*)
 
Avant 1869 : toile, peinture à l’huile. Portrait du Général Baron Rouyer de Saint-Victor ; H. 129cm ; l. 92cm, musée Barrois. (*)
 
1869 : planches de champignons de l’ouvrage de François Simon Cordier, les champignons de la France. Paris Jules Rothschild, 1870. (*)
 
1870 : Pascuria, miniature figurant un portrait de femme, marqué au dos « Rome 1870 » ; 20x16 cm. (*)
Avant 1876 : toile, peinture à l’huile. Portrait du Général Dorlodot des Essarts ; H. 120.4cm ; l. 90.8cm, musée Barrois. (*)
 
1896 : deux miniatures offertes à la Comédie Française par Mlle Delville Cordier, représentant deux anciennes sociétaires de la Maison de Molière : Mme Emilie Honorine Guyon, décédée depuis quelques années, et Mme Arnould-Plessy, sa belle-sœur, qui vit retirée en province. 6.7cm x 5.3cm.
 
Soit environ 43 œuvres répertoriées. (*) Photos de l’œuvre disponible.
 
Quelques commandes de copies.
 
1864 : portrait à mi-corps d’Eugénie de Montijo, Impératrice d’après Winterhalter pour 600Fr. hôtel de la sous-préfecture de Saverne (Bas-Rhin).
 
1865-1866 : tableau du Christ apparaissant à Madeleine d’après Lesueur pour 600Fr, église de la Celle-sur-Morin (Seine et Marne).
 
1868-1869 : tableau de la Vierge et l’Enfant Jésus d’après Murillo pour 800Fr
 
1869 : portrait à mi-corps de S. M. l’Empereur Napoléon III d’après Winterhalter pour 600Fr.
 
1869-1870 : portrait à mi-corps de S. M. l’Empereur Napoléon III d’après Winterhalter, hôtel de la sous-préfecture de Bourganeuf (Creuse).
 
1873-1875 : tableau les trois Grâces d’après Titien pour 4000Fr, 1m15 x 1m90, musée de Brest (Finistère).

1876 : tableau du Christ au tombeau d’après Ribera pour 800Fr, église des Lazaristes de Damas (Syrie).
 
album de ses œuvres dans la rubrique Album.

CordierFS.jpg

Écrire un commentaire

Optionnel